Qu'est-ce que GNL Québec?

Selon le site web d’Énergie Saguenay, « GNL Québec développe depuis 2014 le projet Énergie Saguenay, un complexe industriel de liquéfaction de gaz naturel sur le site de Port Saguenay dans le but d’exporter 11 millions de tonnes de gaz naturel liquéfié (GNL) par an, à partir de sources d’approvisionnement de l’Ouest canadien. Le projet comprend des équipements de liquéfaction, d’entreposage ainsi que des infrastructures maritimes.  Le projet repose sur un investissement évalué à 9 milliards de dollars et devrait être opérationnel en 2026. »[1] Le début de la construction est prévu pour 2021.

[4]

Gazoduc jusqu’au Saguenay

« Afin de transporter le gaz naturel jusqu’à l’installation, un nouveau gazoduc (sous terrain) de plus de 750 km relié au réseau principal de transport dans le nord-est de l’Ontario devra être construit. Ceci permettra l’approvisionnement de gaz naturel provenant de l’Ouest canadien. Gazoduq inc. est le promoteur de cette nouvelle infrastructure. » [1] Sur ces 750 km sont situées 43 communautés locales québécoises et 5 communautés Autochtones.

[3]

Exportation maritime

Le GNL sera exporté par voie maritime jusqu’en « en Europe, en Asie et ailleurs dans le monde, en offrant une énergie de transition qui substituera d’autres énergies plus polluantes, telles que le charbon et le mazout. » « Le projet prévoit le passage dans le Saguenay de 3 à 4 navires (méthaniers) de GNL par semaine. » [1] Ceux-ci passeront par le Parc National du Fjord du Saguenay, ensuite à travers la zone nationale de conservation naturelle ainsi que le fleuve St-Laurent. Une fois exporté « il est incertain de prévoir comment le GNL du Saguenay sera utilisé dans les marchés visés. Les analyses ont toutefois montré que :
• Si le GNL du Saguenay est utilisé en addition des sources énergétiques existantes, le tout résultera en une augmentation globale des émissions GES.
• Si le GNL du Saguenay substitue l’énergie nucléaire, il en résulte une augmentation globale des émissions GES – l’augmentation est similaire à un scénario d’addition des sources énergétiques existantes.
• Si le GNL du Saguenay substitue d’autres sources de gaz naturel actuellement sur les marchés (produit régionalement et transmis par gazoduc), il en résulte une augmentation globale des émissions de GES près du statu quo.
• Si le GNL du Saguenay est utilisé en substitution de sources énergétiques existantes, notamment de charbon et de diesel/pétrole, il en résulte une diminution de la production de cette source énergétique existante, il est anticipé que le tout résultera en une diminution globale des émissions GES. » [5]

 

[2]

Sources | [1] [2] [3] [4] [5]

 

Mais qu'est-ce que du gaz naturel liquéfié?

Le GNL (gaz naturel liquéfié) est du gaz naturel refroidi à -162°C. De cette manière, il passe de l’état gazeux à l’état liquide et il devient plus facile à transporter puisqu’il prend 600 fois moins d’espace qu’à son état gazeux. Par contre, il faut savoir que ce processus est très énergivore!

Le gaz naturel lui-même.

Le gaz naturel est « un combustible fossile présent naturellement sous forme gazeuse dans les roches poreuses du sous-sol. Utilisé comme source d’énergie, le gaz est composé d’hydrocarbures : principalement du méthane (à plus de 90%), mais aussi du propane, du butane, de l’éthane et du pentane. » Ce gaz doit être extrait du sol. « Selon la profondeur et les types de gisements, le gaz peut être conventionnel ou non conventionnel. À l’inverse des gaz conventionnels piégés dans un gisement facile d’accès, les gaz non conventionnels sont difficiles à extraire. Les producteurs de gaz ont historiquement privilégié l’exploitation du gaz conventionnel qui garantit un taux de récupération des ressources de 80% contre 20% en moyenne pour le gaz non conventionnel. Parmi les gaz non conventionnels on retrouve le gaz de schiste, un gaz piégé dans une roche-mère très peu poreuse et très peu imperméable. » [1] Il s’agit du type de gaz que prévoit extraire GNL Québec.

Sur le site d’Équiterre, il est détaillé que le gaz extrait par GNL Québec « sera principalement issu de la fracturation hydraulique (85%), un procédé controversé pour cause d’impacts sur le paysage, de fuites, de contamination potentielle des nappes phréatiques, de non-durabilité du processus et d’instabilité des sols. » [2]

Parlons du méthane. 

Selon le site web du Gouvernement du Canada, « le méthane contribue aux changements climatiques, cause de graves problèmes de santé et a des répercussions négatives sur la production agricole. Il s’agit du principal composant du gaz naturel. Le méthane emprisonne également plus de 70 fois plus de chaleur sur une période de 20 ans que la quantité équivalente de dioxyde de carbone (CO2).

Le secteur pétrolier et gazier contribue de façon importante aux émissions de polluants atmosphériques. Les polluants atmosphériques sont responsables de la formation :

  • de matières particulaires fines;
  • d’ozone;
  • de smog;
  • de pluies acides.

Les polluants atmosphériques sont associés à divers effets graves sur la santé publique, notamment :

  • des problèmes pulmonaires;
  • des crises d’asthme;
  • des décès prématurés dus à des complications respiratoires et cardiovasculaires.

La réduction des émissions de méthane permettra aux Canadiens qui vivent et travaillent à proximité de certaines installations pétrolières et gazières de jouir d’une meilleure qualité de l’air. Un air plus pur favorise la santé et réduit le nombre de visites à l’hôpital des personnes qui souffrent d’asthme et de problèmes cardiaques. » [3]

Sources | [1] [2] [3]

GNL en évaluation!

 

Le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) informe et consulte les citoyens, enquête, puis avise le ministre responsable de l’Environnement sur les dossiers qu’il lui confie, afin d’éclairer la prise de décision gouvernementale.

Site web du BAPE

Notre pouvoir

Il est aussi possible d’envoyer n’importe quel type de document pour faire valoir votre opinion. Il pourrait prendre la forme d’un poème, d’un dessin, d’une vidéo, d’une toile, bref, tout ce qui peut faire comprendre votre point de vue!

Si vous voulez envoyez une lettre, voici un modèle sur lequel vous pouvez vous baser!

Modèle de lettre d'opinion
GNL

Dates importantes

+

Du 14 septembre 2020 au 13 janvier 2021

1er au 8 septembre 2020 | Consultation sur les thèmes du projet

1er au 25 septembre | Questions à la commission

À compter du 21 septembre 2020 | Première partie de l’audience publique

DATE LIMITE | 8 OCTOBRE 2020 | Avis d’intention et dépôt de mémoire

Avant le 22 octobre à 12 h | Déposez votre mémoire

Deuxième partie de l’audience publique

Du 26 octobre 2020 à 19 h (en mode numérique)

Au plus tard le 13 janvier 2021 | Dépôt du rapport au ministre

15 jours après le dépôt du rapport | Publication du rapport

Positions du MAGE-UQAC

Les positions servent à diriger les actions du MAGE. Elles sont discutées en assemblées générales ou en conseil central avec les membres présents.

Assemblée générale spéciale du 11 septembre 2019

Il est RÉSOLU que le MAGE-UQAC se positionne contre l’entreprise écran GNL Québec, son entreprise Gazoduq et son projet Énergie Saguenay.

Adoptée à la majorité

______

Conseil central du 11 novembre 2016 (#515)

Il est RÉSOLU que le MAGE-UQAC se positionne contre le projet Énergie Saguenay promeut par GNL Québec.

Adoptée à l’unanimité

______

Conseil central du 11 novembre 2016 (#515)

Il est RÉSOLU que le MAGE-UQAC appelle la société civile à se mobiliser contre le projet Énergie Saguenay.

Adoptée à l’unanimité suite au vote

 

Arguments contre le projet

Provenance

du gaz naturel (énergie fossile)

Emplois

Peu d'emplois à long terme

Pollution

Atmosphérique, des sols et lumineuse

Impacts à prévoir

Sur la santé physique et psychologiques des populations locales

Danger

Pour les espères animales en péril, menacées et vulnérables

Destruction

des milieux humides

Fuite de gaz

non comptabilisées dans leurs calculs

Production de gaz à effet de serre (GES)