ÉLECTION mage-uqac
Application MAGE-UQAC
FIDEP
ass coll
Chicoutimi
Partiellement ensoleillé
-5°C
 

Menu du jour à la Cafétéria étudiante


Activités de la semaine


Questionde la semaine

  • Polls

    Quelle activité aimeriez-vous que le MAGE-UQAC organise ?

    Voir les résultats

    Loading ... Loading ...

Affaires sociopolitiques

Affiliation nationale

Mise en contexte
Lors d’une précédente assemblée générale, il a été demandé que soit tenue une AGS afin de valider si une démarche référendaire serait à mettre en place pour revoir notre affiliation nationale à la FEUQ. De plus, le conseil central a déjà pris position que, dans le cas d’une baisse du poids démocratique des régions au sein de la FEUQ, la reconsidération d’affiliation devra être demandée aux membres.

Objectifs
Consulter les membres du MAGE-UQAC sur l’affiliation nationale à la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ).


Mise en contexte
La politique de gestion des instances est un document de la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) régissant, entre autres, la fréquence et le déroulement des instances, ainsi que le poids démocratique des associations au sein de la Fédération. Ce poids est réparti en fonction de fourchette représentant le nombre d’étudiants qui permet d’établir le nombre de votes que chaque association possède en congrès.

Malgré que la plupart des décisions se fassent en commission (où chaque association possède un seul et unique vote), les décisions de congrès sont souvent cruciales. En effet, les décisions faites en congrès spéciaux, l’élection des officiers de la FEUQ ainsi que l’adoption des décisions faites en commissions, sont quelques-unes des positions prises selon le poids démocratique de chacune des associations membres de la FEUQ.

Lors du congrès de la FEUQ du 8 au 10 février 2013 se déroulant à Montréal, les modifications de la politique de la gestion des instances débattues en commission des affaires institutionnelles ont amené la baisse du poids démocratique du MAGE-UQAC et de l’ensemble des associations de régions.

Ce dossier controversé à l’intérieur de la FEUQ a créé moult indignations et, heureusement, a entraîné la mise en dépôt des modifications apportées au document sur le poids démocratique. Malgré tout, le dossier est toujours ouvert à la FEUQ et il est donc important que le MAGE-UQAC assure la représentativité régionale au sein de la Fédération.

Objectifs

Assurer le maintien ou la bonification du poids démocratique des associations de régions au sein de la FEUQ.


Mise en contexte
La politique de gestion des instances est un document de la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) régissant, entre autres, la fréquence et le déroulement des instances, ainsi que le poids démocratique des associations au sein de la Fédération. Ce poids est réparti en fonction de fourchette représentant le nombre d’étudiants qui permet d’établir le nombre de votes que chaque association possède en congrès.

Malgré que la plupart des décisions se fassent en commission (où chaque association possède un seul et unique vote), les décisions de congrès sont souvent cruciales. En effet, les décisions faites en congrès spéciaux, l’élection des officiers de la FEUQ ainsi que l’adoption des décisions faites en commissions, sont quelques-unes des positions prises selon le poids démocratique de chacune des associations membres de la FEUQ.

Lors du congrès de la FEUQ du 8 au 10 février 2013 se déroulant à Montréal, les modifications de la politique de la gestion des instances débattues en commission des affaires institutionnelles ont amené la baisse du poids démocratique du MAGE-UQAC et de l’ensemble des associations de régions.
Ce dossier controversé à l’intérieur de la FEUQ a créé moult indignations et, heureusement, a entraîné la mise en dépôt des modifications apportées au document sur le poids démocratique. Malgré tout, le dossier est toujours ouvert à la FEUQ et il est donc important que le MAGE-UQAC assure la représentativité régionale au sein de la Fédération.
Objectifs
Assurer le maintien ou la bonification du poids démocratique des associations de régions au sein de la FEUQ.


Mise en contexte
Avec les désaffiliations de l’Association Générale des Étudiantes et Étudiants du Cégep de Jonquière (AGEECJ) et de l’Association Étudiante du Collège d’Alma (AECA), l’affiliation à l’Association pour une Solidarité Syndicale Étudiante (ASSÉ) de l’Association Étudiante du Cégep de Saint-Félicien (AECSF), l’affiliation remise en cause à la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) de l’Association Générale des Étudiantes et Étudiants du Collège de Chicoutimi (AGEECC) et l’affiliation à la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) du MAGE-UQAC, on peut rapidement voir que la représentativité nationale des étudiants du Saguenay-Lac-Saint-Jean est plutôt divisée. Cependant, ces différentes associations partagent des positions politiques qui doivent être entendues au niveau national. C’est dans cette optique que la Coalition des Associations Étudiantes du Saguenay-Lac-Saint-Jean (CAESL) peut servir à assurer, d’une part, une cohésion dans les revendications régionales et, d’une autre part, un partage des ressources dans notre région.
Objectifs
Augmenter la force de la Coalition des Associations Étudiantes du Saguenay-Lac-Saint-Jean (CAESL) en ayant une rencontre au moins une fois par mois.