MAGE-UQUOI
Application MAGE-UQAC
FIDEP
ass coll
Chicoutimi
Partiellement ensoleillé
20°C
 

Menu du jour à la Cafétéria étudiante


Activités de la semaine

Aucune activité d’inscrite pour la semaine, pour nous faire parvenir les vôtres, contactez-nous.

Questionde la semaine

  • Polls

    Quelle activité aimeriez-vous que le MAGE-UQAC organise ?

    Voir les résultats

    Loading ... Loading ...

Parce qu’être étudiant universitaire n’est plus ce que c’était.

(19/06/2013)

Le MAGE-UQAC salue l’étude faite par le Conseil supérieur de l’éducation (CSE) sur les enjeux actuels dans l’accomplissement d’un projet d’études et espère que l’UQAC et le gouvernement prendront en compte les propositions faites par celui-ci.

Dans un rapport publié le 18 juin 2013, le CSE réactualise le portrait des étudiants et étudiantes universitaires et expose les enjeux que devront relever les étudiants, les établissements universitaires ainsi que l’état, pour s’adapter aux nouvelles réalités de la communauté universitaire.

« Ce rapport dresse clairement ce que l’on constate depuis quelques années auprès de nos membres. L’époque où les étudiant(e)s universitaires arrivaient des cégeps avec un parcours traditionnel, terminaient leurs études dans les temps prescrits, et commençaient à travailler dans leur domaine pour ensuite avoir des enfants, est bien loin de la réalité, » déclare Sylvain Jomphe, président du MAGE-UQAC depuis mai dernier, qui doit lui-même conjoindre son horaire d’étudiant à celui d’enseignant au Cégep en plus de son implication au MAGE-UQAC.

Selon le CSE, 70 % des étudiants universitaires occupent aussi un emploi en parallèle à leurs études et 25 % des étudiants du réseau des Universités du Québec ont des responsabilités parentales.

« Il y a un an, nous aurions aisément pu dire que l’UQAC répondait bien aux besoins de ce portrait des étudiants. L’institution proposait différents outils pour supporter les étudiants. Pensons entre autres à la travailleuse sociale à temps plein qui était très sollicitée par les étudiants pour les aider à concilier vie personnelle et académique, ou même au programme PROSPERE qui favorisait la persévérance jusqu’à l’obtention du diplôme en proposant à chaque étudiant des ressources adaptées à ses besoins à l’interne.  Malheureusement, ces programmes d’aide ont été abolis en février dernier suite aux coupes budgétaires, et les étudiants se retrouvent maintenant avec moins de ressources pour les aider, parfois même pas du tout! » souligne M. Jomphe.

Une des recommandations du CSE afin d’aider les étudiants-parents est d’augmenter le nombre de places en garderie, en particulier sur les campus universitaires ou à proximité de ceux-ci. Ayant senti ce besoin, le MAGE-UQAC, en partenariat avec l’UQAC, travaille depuis quelques mois sur un projet de Centre de la petite enfance (CPE) sur le campus. Au-delà de ce qu’affirme le CSE, à l’UQAC, 75 % des étudiants-parents sont des femmes, 33 % towersont monoparentaux, et 33 % ont deux enfants.

« Ce rapport du CSE démontre la tendance actuelle vers l’éducation tout au long de la vie et celle des étudiants-parents. Nous espérons avoir l’opportunité de combler ces besoins par notre projet de CPE, » termine le président du MAGE-UQAC.


[AWD_likebutton send="1" width="600" faces="1" action="recommend" type="xfbml" colorscheme="dark"]