ÉLECTION mage-uqac
Application MAGE-UQAC
FIDEP
ass coll
Chicoutimi
En partie clair
3°C
 

Menu du jour à la Cafétéria étudiante


Activités de la semaine


Questionde la semaine

  • Polls

    Quelle activité aimeriez-vous que le MAGE-UQAC organise ?

    Voir les résultats

    Loading ... Loading ...

Sophie Déry

Vice-présidente aux affaires pédagogiques


Nouvelle chaire de recherche au sein de l’UQAC

(03/02/2017)

 

Comme le titre le mentionne, une nouvelle chaire de recherche a été accréditée en janvier dernier. Lors de la conférence de presse présentant la chaire de recherche, une grande partie des étudiants en biologie étaient présents. De ce fait, j’ai demandé à la présidente de l’association de biologie, Audrey Bédard, de nous présenter cette chaire de recherche et qu’est-ce que cela représentait pour les étudiants de biologie.

 

Le mardi 17 janvier 2017, avait lieu une conférence de presse annonçant officiellement la création de la nouvelle Chaire de recherche industrielle sur la croissance de l’épinette noire et l’influence de la tordeuse des bourgeons de l’épinette sur la variabilité des paysages en zone boréale financée par le gouvernement fédéral, le Ministère de la Faune, des forêts et des parcs, Produits forestiers résolus ainsi que l’UQAC. Il s’agit d’un investissement de 3,5 millions de dollars pour la recherche et l’industrie forestière de la région, palliant ainsi aux coupes budgétaires imposées par le gouvernement québécois dans les dernières années.

Cette nouvelle chaire, détenue par M. Hubert Morin, professeur-chercheur au département des sciences fondamentales à l’UQAC, orientera ces recherches sur trois principaux objectifs. Premièrement, la variabilité des paysages due à la tordeuse des bourgeons de l’épinette qui consiste à retracer la chronologie de l’insecte ravageur ainsi que l’intensité des épidémies survenues par le passé afin de mieux comprendre son impact sur la forêt boréale québécoise actuelle. Deuxièmement, la qualité du bois dont les études serviront à évaluer l’impact de ces épidémies sur la récolte forestière survenant dans les régions plus fortement touchées par celles-ci en plus d’élaborer de nouvelles méthodes permettant d’améliorer la qualité ainsi que la gestion du bois infecté par la tordeuse. Finalement, le dernier objectif consiste à évaluer l’impact des changements climatiques sur la croissance de l’épinette noire, espèce la plus convoitée par l’industrie forestière.

Pour le Laboratoire d’écologie végétal de l’UQAC, il s’agit d’une reconnaissance importante de leur expertise en dynamique de la forêt boréale en lien avec les perturbations naturelles. Pour les étudiants en biologie, la chaire a permis l’embauche d’un nouveau professeur en plus d’augmenter le nombre d’emplois disponibles au laboratoire pour les étudiants de 1er cycle et les professionnels de recherche. Elle permettra également d’augmenter l’appel de candidatures pour des projets de 2e et 3e cycles.

En bref, une bonne nouvelle pour la recherche en écologie forestière à l’UQAC.

Audrey Bédard, étudiante en biologie et présidente de l’association de Biologie.

Voici plusieurs liens parlant de la chaire de recherche et de la conférence de presse:


[AWD_likebutton send="1" width="600" faces="1" action="recommend" type="xfbml" colorscheme="dark"]