Gain de cause FIDEP
MAGE-UQUOI
ass coll
Chicoutimi
Nuages par intermittence
18°C
 

Menu du jour à la Cafétéria étudiante



Questionde la semaine

  • Polls
    Aucune question du jour actuellement disponible.
  • Polls
    Aucune question du jour actuellement disponible.
  • Polls
    Aucune question du jour actuellement disponible.

Les associations étudiantes de régions font front commun

(04/04/2014)

Chicoutimi, le 2 avril 2014 – Les associations étudiantes universitaires des régions du Québec font front commun pour défendre les intérêts de leurs membres et rappeler l’importance de considérer les régions dans le cadre des élections provinciales.

Le Mouvement des associations générale étudiante de l’université du Québec à Chicoutimi (MAGE-UQAC) joint sa voix à celles de l’AGEUQO (Association générale étudiante de l’Université du Québec en Outaouais), de l’AGE-CEUL (Association générale étudiante du Centre d’études universitaires des Laurentides), de l’AGE UQTR (Association générale des étudiants de l’Université du Québec à Trois-Rivières), de l’AGECAR (Association générale des étudiants et étudiantes du campus de Rimouski de l’Université du Québec à Rimouski), de la FEUS (Fédération étudiante de l’Université de Sherbrooke) et du REMDUS (Regroupement des étudiantes et des étudiants de maîtrise, de diplôme et de doctorat de l’Université de Sherbrooke) pour émettre une série de revendications communes. Ces associations régionales représentent plus de 51 000 étudiantes et étudiants à travers l’ensemble des régions québécoises en dehors des grandes régions de Montréal et de Québec.

Les associations étudiantes universitaires des régions du Québec réclament notamment que le prochain gouvernement du Québec s’engage à :

  1. – mettre fin aux hausses de frais de scolarité et de frais institutionnels obligatoires (FIO), qui sont présentement indexés, et à ne pas abolir les crédits d’impôts étudiants;
  2. – augmenter l’offre de transport en commun à travers le territoire québécois et de l’accompagner au besoin d’un réinvestissement supplémentaire;
  3. – réduire la dépendance du Québec aux énergies fossiles;
  4. – s’opposer aux règlements municipaux réduisant la liberté d’expression et de réunion pacifique.

« Plus spécifiquement au MAGE-UQAC, nous trouvons désolant que la présente campagne électorale ait délaissé les sujets liés aux régions ou à l’éducation. Il s’agit là d’enjeux importants pour nos membres et nous croyons que l’absence de ceux-ci dans le discours des partis politiques québécois démontre le peu d’intérêt que portent les politiciens à l’égard de notre génération, » explique Sylvain Jomphe, président du MAGE-UQAC.


[AWD_likebutton send="1" width="600" faces="1" action="recommend" type="xfbml" colorscheme="dark"]