MAGE-UQUOI
ass coll
Chicoutimi
Partiellement ensoleillé
24°C
 

Menu du jour à la Cafétéria étudiante


Activités de la semaine

Aucune activité d’inscrite pour la semaine, pour nous faire parvenir les vôtres, contactez-nous.

Questionde la semaine

  • Polls

    Quelle activité aimeriez-vous que le MAGE-UQAC organise ?

    Voir les résultats

    Loading ... Loading ...

Des étudiantes de l’UQAC déposent une pétition en faveur d’une garderie.

(25/11/2013)

Saguenay, le 25 novembre – Quatre étudiantes en travail social à l’UQAC ont remis aujourd’hui à leur député et président du Conseil du trésor, M. Stéphane Bédard, une pétition de plus de 500 noms en faveur d’une garderie pour les étudiant-e-s parents de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC).

« En travail social, nous sommes appelés à analyser et comprendre les réalités d’un milieu. En discutant avec des intervenants et des étudiants-parents, nous avons saisi toute la problématique de la conciliation études-familles, et l’importance d’une garderie pour la communauté universitaire » souligne Sara Thérien, étudiante.

Le groupe d’étudiantes a ainsi recueilli plus de 500 signatures en deux semaines à leur pétition demandant la mise en place d’une garderie sur le campus de l’UQAC. Elles ont fait cette démarche en relation avec la Journée Parents-Enfants, mise en place par le MAGE-UQAC depuis 4 ans, afin de faire connaitre cette réalité.

« Aucune de nous n’avait activement sollicité des gens pour signer une pétition avant cette expérience. Nous avons été surprises de voir combien les gens se sentent interpelés et trouvent que la question tire sur le gros bon sens. Alors pourquoi c’est aussi long? » se questionne Isabelle Fortin, étudiante du groupe.

Tel que soulevé dans une étude du Conseil supérieur de l’éducation : « Une vive préoccupation sociale s’observe au sujet de la conciliation travail-famille mais, pour l’heure, l’État intervient peu en matière de conciliation études-famille. Qui plus est, ses actions en la matière se concentrent sur la formation de base : en contexte universitaire. L’État se limite à jouer un rôle de recherche et d’information. Tout se passe comme si le « maintien en emploi » des parents comptait davantage que leur « maintien aux études ».1
« Sur nos forums de discussion, nous croisons des étudiants qui mettent en veille leur projet d’études pour élever leur enfant. Je crois qu’un service de garde sur le campus permettrait de conjuguer études et famille et ainsi de persévérer dans leur projet d’études. Ils faut se donner les moyens de profiter des talents de tous » explique Gabrielle Simard, étudiante au baccalauréat en histoire et étudiante-maman.

IMG_0114


[AWD_likebutton send="1" width="600" faces="1" action="recommend" type="xfbml" colorscheme="dark"]