MAGE-UQUOI
ass coll
Chicoutimi
Averses
15°C
 

Menu du jour à la Cafétéria étudiante


Activités de la semaine

Aucune activité d’inscrite pour la semaine, pour nous faire parvenir les vôtres, contactez-nous.

Questionde la semaine

  • Polls

    Quelle activité aimeriez-vous que le MAGE-UQAC organise ?

    Voir les résultats

    Loading ... Loading ...

Administrateur


Au final, nous sommes tous des lockoutés

(11/02/2014)

Alors que s’étire depuis maintenant onze mois le lock-out affectant les employés de garages affiliés à la CSD, l’exécutif du MAGE-UQAC, ayant en main un mandat de solidarité avec les lockoutés, a décidé d’aller exprimer cette dernière avec les travailleurs jetés à la rue. Ainsi, durant la semaine du 26 janvier au 1er février, Jessica-Zoé Fournier, Gabrielle Simard, Jimmy Trottier et moi-même, sommes partis faire une tournée des différents concessionnaires de Chicoutimi. Cette expérience nous a donné l’occasion d’échanger avec les employés de garage, nous permettant ainsi de mieux comprendre les contraintes qu’impose la vie sur des lignes de piquetage.

Nous ne rappellerons jamais assez combien il est important de comprendre que ce conflit dépasse le domaine du privé entre des employeurs et des employés. En effet, ce lock-out pourrait être le point de départ d’une attaque généralisée contre les conditions de travail des salariés québécois. Effectivement, en refusant de prendre en considération la dernière convention collective signée entre les deux parties, la corporation des concessionnaires crée un dangereux précédent pour toutes négociations à venir et ce, à travers le Québec. Un tel précédent aurait pour effet d’annuler une grande partie des acquis des travailleurs durant les dernières décennies, contribuant ainsi à réduire le niveau de vie global pour toute la population. Il s’agit donc d’un enjeu de société, où la solidarité est une nécessité et une affaire de respect. Car, l’indifférence n’est clairement pas une option, lorsque des centaines de travailleurs et leurs familles sont pris en otage.

Crédit photo : SRC Saguenay Lac-Saint-Jean, http://ici.radio-canada.ca/regions/saguenay-lac/2014/01/06/005-lock-out-concessionnaires-cour.shtml


[AWD_likebutton send="1" width="600" faces="1" action="recommend" type="xfbml" colorscheme="dark"]

  • fredfrad

    Donc, le mageuqac prend position afin que les frais de réparation des voitures demeure élevé. Quelle étrange façon de faire.

    • Bill

      Si tu penses que les patrons des grands garages vont sous-traiter le travail et abaisser les conditions de travail de leurs employés pour faire payer moins cher le client, tu es plus naif que Forest Gump mon pauvre fredfrad! Tu dois avoir des chaussures magiques!!! C’est simplement pour s’en mettre plein les poches avec ton propre argent! Payer moins cher, elle est bien bonne!

    • Nicolas P.

      Je crois que fredfrad, tu dénature la position du MAGE UQAC en ce qui à trait à ce dossier. L’appuie aux travailleurs lock-outés donné par le MAGE UQAC a pour but de sensibiliser la population au reculs de nos acquis sociaux dans différents secteurs dont celui de l’emploi. Le but n’est évidemment pas de faire augmenter les frais reliés à l’entretient des voitures chez les concessionnaires.
      En effet, ces enjeux peuvent être étroitement liés… mais, à ce que je sache, aucun concessionnaire ne s’est engagé à baisser les factures d’entretiens s’il avait recourt à la sous traitance.
      Les concessionnaire souhaite recourir à la sous traitance pour diminuer les frais reliés à l’embauche de personnels qualifiés et non pas pour faire profiter les consommateurs (du moins, ils ne le disent pas comme ça, mais ça résume bien leur point de vue). De plus, ils se départissent ainsi de masse salariales encombrantes… pour eux.

      Il est injuste de dire que le MAGE UQAC souhaite faire augmenter le coût de l’entretient des voitures. Le MAGE UQAC a à coeur l’intérêt de la communauté étudiante et par intérim, de la société en général. Et ce sont là ses motivations.

      Sous fond de  »récession » où l’on nous répète que «le secteur de l’automobile va dont mal», je te comprend de prendre partie pour ces pauvres millionnaires, propriétaires de franchises de ventes de voitures et pour nous pauvres consommateurs qui sommes pris avec les hausses de tarifs incessantes, dans tout les milieux. S’il est vrai que le salaire des employés de garage influence le cout de l’entretient automobile, n’oublions pas que cette argent reviens à d’honnêtes travailleurs.
      Prend seulement un instant pour réfléchir à ceci : Qu’est-ce qui est le plus révoltant, des employés bien payés contestant un contrat de travail abaissant leurs acquis ou des concessionnaires aux salaires mirobolants souhaitant privé des familles de revenues non négligeables?

      Dans ce dossier, je crois que les grandes entreprises ont tout intérêt à liguer les individus les uns contre les autres afin de tirer leur épingle du jeu. Les laisserons nous faire en nous écrasant mutuellement, ou prendront nous les devants, comme pendant la révolution tranquille, pour assurer à tous et chacun des revenues suffisant pour se payer…l’entretient d’une voiture?

    • Médérick Potvin

      Je tiens à rappeler que le MAGE-UQAC agit en conformité avec les mandats qu’il obtient de l’assemblée générale ou du conseil central de l’association.

  • François

    Y font pas pitié pantoute… toutes nos conditions de travail au Québec devrait être réduites… on vit dans une balloune sur le bord de péter… RÉVEILLEZ VOUS !!! Tout ce fabrique dans les autres pays parce qu’on en demande trop avec la CSST, les retraites, les assurances etc… Et… c’est bien « gentil » votre lock-out les syndiqués mais… juste comme ça, c’est EXTRÊME les conditions de travail pour ceux qui ne le sont pas pis ça les aides pas, moi j’vous trouve égoïste pis oubliez pas que ceux qui sont bien assis sur leur steak avec des grosses jobs pis des meilleures conditions salariales y vont se péter la gueule bientôt comme vous eux aussi… et ce n’est que le début!

    • Nicolas P.

      Dois-je comprendre ici que ton souhait le plus chère serait de priver notre société de la sécurité d’emploi, de bons salaires, de régimes de retraites et de la sécurité au travail?

      Sais tu que nos pères et nos mères se sont battus (carrément parfois) pour avoir accès à de telles normes. Ce n’est pas de l’égoïsme…mais de la dignité.
      Nous ne sommes pas du steak, nous sommes des humains.
      L’enjeu, le vrai, est d’assuré à tous (en Chine comme au Québec) des conditions de travail digne d’un humain… quoiqu’en disent les actionnaires et les PDG.
      L’esclavage est révolue men, si tu veux vivre comme un paria va en Inde et fait toi passé pour un intouchable, alors là peut-être que tu envieras les Québécois.

      Dans ce monde où on nous apprend dès la maternel à nous comparer, nous rabaisser l’un l’autre, où chacun gagne son bout de pain à la sueur de son front pendant qu’une  »élite » se paye la traite à Monaco et où les médias nous déchirent entre nous, pas étonnant qu’un commentaire comme le tient apparaisse comme plausible pour certains.
      Tout se fabrique dans les autres pays parce que les grandes entreprises l’ont voulu ainsi, pour encourager le cheap labour au lieu des bonnes conditions de travail, pas parce que les Québécois veulent pouvoir arrêter de travailler après 50 ans de services ou gagner suffisamment d’argent pour être au dessus du seuil de la pauvreté.
      Tu devrais revoir tes priorités et t’interrogés sur les véritables fondements de ce système merdiques : le capitalisme sauvage et le manque d’empathie de part et d’autre.
      De bonnes conditions pour tous n’est pas une utopie, mais les préjugés pèsent fort dans la balance. Mais si tu aspire à être de cette  »élite » gourmande et sans intérêt pour la classe ouvrière, continue, tu est sur la bonne voie pour que ton patron t’offre un promotion avec ce genre de discours…
      Et pendant ce temps les gens s’ignorent dans l’autobus, au centre d’achat et dans les lieux publics, se rabaissant ouvertement pour un petit défaut mal caché, et la télé ne fait qu’enflammé cette tendance.

    • Médérick Potvin

      Il est important de souligner la différence entre un lock-out et une grève. En effet, selon le Ministère du travail un lock-out est : «[…] est le refus pour un employeur de fournir du travail à ses
      salariés dans le but de les contraindre à accepter ses offres au sujet
      des conditions de travail devant apparaître à la convention collective». Le lock-out est donc une décision de l’employeur et non du syndicat.

      Source: http://www.travail.gouv.qc.ca/publications/le_code_du_travail_en_questions_et_reponses/7_la_greve_le_lock_out_le_piquetage_et_le_maintien_des_services_essentiels.html#a3

  • Michael

    Monsieur Potvin, nous vivons plus souvent a l’inverse une grève qu’un lock out…une grève est la même chose a l’inverse!!! Les syndiqués avais déjà acquis leurs droit de grève il s’agissais simplement d’une question de temps a QUI allais déclencher les hostilité en premier lieu…Vous mentionnez : Effectivement,
    en refusant de prendre en considération la dernière convention collective
    signée entre les deux parties, la corporation des concessionnaires crée un
    dangereux précédent pour toutes négociations à venir et ce, à travers le Québec.ffectivement, en refusant de
    prendre en considération la dernière convention collective signée entre les
    deux parties, la corporation des concessionnaires crée un dangereux précédent
    pour toutes négociations à venir et ce, à travers le Québec. Effectivement,
    en refusant de prendre en considération la dernière convention collective
    signée entre les deux parties, la corporation des concessionnaires crée un
    dangereux précédent pour toutes négociations à venir et ce, à travers le Québec:Quelle loi mentionne qu’une négociation doit se faire a la hausse et que le coté patronal a tord a tout coup…la mentalité syndical du Québec me fait PLEURÉ, noue ne sommes plus au début de l’ère industrielle ou les conditions de vie était minable….le syndicats d’aujourd’hui est simplement une machine a CASH! Il me font tellement pleuré a revendiquez sur leurs facebook qu’il ne veule pas perdre leurs semaine de 4 jours, entre autre demande…Dans ma région ( Québec et chaudière-appalache), bizarement, a tout les renouvellement de la convention des mécano et aviseurs les gens qui s’en sorte le mieux sont les 4 ou 5 garage de la région non syndiqué et qui année après année ne font pas de demande d’accréditation…Non, mais quelle FREIN économique que cet gagne de syndicaliste de gauche!

    • Olivier P.

      Malheureusement, votre vision est erroné, comme celle de bien d’autres. Les grèves/ Lock-out sont souvent raison d’une volonté de la partie patronale de réduire les avantages sociaux difficilement gagnés par ceux qui nous ont précédés. Et je vous cite :« Les syndicats d’aujourd’hui sont une machine à CASH». En effet, mais pour les employés et leur famille, afin que ces gens puissent avoir les meilleurs conditions de vie possible. Les entreprises coupent dans les postes, car elles préfèrent satisfaire leurs actionnaires qui désire un rendement déterminé à l’avance. Ils veulent la croissance infini, ce que ne peut pas supporter: 1- Notre porte-feuille, puisqu’on se fait toujours couper, comment voulez-vous qu’on achète? Et ainsi faire tourner cette roue dysfonctionnelle? 2- L’environnement, que l’on pollue sans arrêt pour favoriser la consommation. Le capitalisme sous sa forme actuelle est voué à l’échec.

      Le véritable FREIN économique est cette tendance des grandes
      multinationales à toujours remettre leurs impôts à plus tard, comme ils
      ont le droit de le demander. Lorsqu’un gouvernement aura enfin le
      courage de dire : « Payez maintenant!», il y aura plein d’argent pour
      les contribuables et plus aucun soucis budgétaire pour quelques années!. Ainsi, c’est les gens de droite qui désire toujours s’enrichir le véritable frein à notre économie! Le partage des ressources, il n’y a que ça qui pourrait assurer une vie longue et prospère à tous.